Un leader de l’action contre les mines est brutalement assassiné au Salvador


KAIROS a appris avec grande tristesse l’assassinat de Marcelo Rivera, un militant qui ne mâchait pas ses mots et un leader communautaire du Salvador. Il était disparu le 18 juin; on a trouvé son corps 13 jours plus tard dans un puits asséché près du village d’Ilobasco. Son corps montrait des signes de grande violence et de torture.

Marcelo était un leader du mouvement local d’opposition aux opérations minières à ciel ouvert et à grande échelle au Salvador. Au cours des derniers mois, à la suite de l’organisation et de l’action de la communauté villageoise, Marcelo avait reçu des menaces de mort et été victime d’au moins une tentative d’assassinat.

KAIROS, de concert avec plus de 100 groupes de la société civile du Canada et des États-Unis, a fait parvenir une lettre ouverte au procureur général du Salvador (PDF)le pressant de faire enquête en profondeur sur le meurtre et de traîner en justice ceux qui ont tué Marcelo Rivera et ceux qui en ont donné l’ordre.

Étant donné le rôle important des investissements canadiens directs dans le secteur minier du Salvador, l’Americas Policy Group, dont KAIROS est membre, a demandé au gouvernement canadien de faire pression sur les autorités du Salvador pour qu’elles enquêtent en profondeur sur les circonstances entourant la disparition, la torture et le meurtre de Marcelo. Dans une lettre du 23 juillet (PDF) à Peter Kent, ministre d’État pour les Amériques, l’Americas Policy Group déclare entre autres :

« Nous partageons les soupçons de nos collègues du Salvador que l’assassinat de M. Rivera puisse être lié à ses activités de défenseur des droits humains et à son travail avec la Table ronde nationale contre les opérations minières métallifères. Il faut poursuivre l’enquête pour éclaircir les circonstances de la mort de Marcelo Rivera. »

Avant que les faits relatifs à la mort de M. Rivera ne remontent à la surface, la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) avait fait parvenir une lettre à Lawrence Cannon, ministre des Affaires étrangères, lui exprimant leur inquiétude face aux activités de la Pacific Rim Mining, une compagnie d’exploration minière basée à Vancouver et opérant au Salvador.

“Suivant l’information que nous ont transmise l’archidiocèse de San Salvador et la Conférence épiscopale du Salvador, nous avons appris que les activités minières de cette compagnie présentent une grave menace à la qualité de vie des populations de la région.»

La lettre des évêques (PDF) demande au ministre Cannon de s’assurer que la compagnie respecte des droits humains et l’environnement et qu’elle se soumettra à la décision du gouvernement du Salvador de ne pas permettre les opérations minières à ciel ouvert à grande échelle. Auparavant, cette année, le gouvernement avait effectivement banni les opérations minières à ciel ouvert à cause des préoccupations des citoyens parce qu’elles pourraient gravement compromettre la santé humaine et les gagne-pain agricoles locaux. En réponse, Pacific Rim a engagé une poursuite légale contre le gouvernement salvadorien en vertu du chapitre de l’Accord de libre échange entre les États-Unis et l’Amérique centrale (ALEAC) portant sur la protection des investisseurs.

Pour plus ample information sur le mouvement populaire salvadorien sur les opérations minières, prenez connaissance de « La lutte pour l’or du Salvador »

http://www.fpif.org/fpiftxt/6273.

 

Agissez face aux opérations minières et à la responsabilité des entreprises!

KAIROS a collaboré avec d’autres membres du Réseau canadien sur la responsabilité des entreprises (en anglais : CNCA) pour appuyer le projet de loi C-300 (Loi sur la responsabilisation des sociétés à l’égard de leurs activités minières, pétrolières ou gazières dans les pays en développement), un projet de loi privé qui est passé en seconde lecture à la Chambre des communes. S’il est adopté, le projet de loi garantirait que le gouvernement du Canada ne pourrait accorder un soutien financier et politique qu’aux compagnies qui adhèrent aux normes internationales en matière de droits humains et d’environnement dans leurs opérations à l’étranger.

p>Veuillez écrire à votre députée ou votre député, et faites-en parvenir une copie à tous les membres du Comité permanent des affaires étrangères et du développement international, leur demandant d’appuyer cet important projet de loi.

Pour obtenir de l’information sur la situation et un modèle de lettre, rendez-vous sur le site Internet de Mines Alerte Canada (MiningWatch Canada) :

http://www.miningwatch.ca/index.php?/corporate_social_res/bill_c300__corporate.

 

 

 

 


Filed in: En français

Tags:

Share with your network:Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someonePrint this page