KAIROS répond à des accusations d’antisémitisme et renouvelle son appel pour que soit rétablie la subvention de l’ACDI


Secteurs : affaires religieuses, affaires publiques, affaires étrangères, affaires sociales et droits de la personne

Pour publication immédiate
Le vendredi 18 décembre 2009

(Toronto) KAIROS, Initiatives canadiennes œcuméniques pour la justice dément les allégations d’antisémitisme formulées par le ministre de l’Immigration, M. Jason Kenney, et dénonce l’apparente politisation de l’aide qui a entraîné la suppression de la subvention que lui versait l’Agence canadienne de développement international (ACDI). KAIROS demande le rétablissement de la subvention de l’ACDI.

« L’attaque du ministre Kenney contre KAIROS est erronée, affirme KAIROS dans une déclaration rendue publique aujourd’hui. Une double mise au point s’impose. Le fait de critiquer l’État d’Israël n’est pas de l’antisémitisme. L’ACDI a été créée pour financer l’aide internationale et non pour servir des programmes politiques. » Et KAIROS d’ajouter : « Faite dans un climat passionné, la déclaration du ministre Kenney soulève des questions particulièrement troublantes quant à l’intégrité des décisions en matière d’aide au développement. Si les décisions sur l’aide se fondent sur la rumeur politique plutôt que sur la diligence requise, les critères de développement et le processus d’évaluation de l’ACDI elle-même, tout le secteur du développement international a de quoi s’inquiéter sérieusement, et avec lui les contribuables canadiens qui paient pour cette aide. »

Le 30 novembre, un cadre supérieur de l’ACDI informait KAIROS que l’agence ne subventionnerait plus le programme des droits de la personne de KAIROS, et ce en dépit de 35 années de collaboration. La seule raison apportée était que KAIROS ne « cadrait » plus avec les priorités du programme de l’ACDI. Mais diverses conjectures veulent que ces coupures aient plutôt pour véritable motif de punir KAIROS pour ses positions sur l’environnement et sur d’autres questions controversées.

KAIROS, organisation non gouvernementale d’inspiration religieuse, représente sept des églises les plus nombreuses au Canada. L’organisme travaille sur différents dossiers de justice sociale, notamment sur les droits de la personne en Afrique, en Asie-Pacifique, en Amérique latine et au Moyen-Orient. Depuis 1973, KAIROS et les coalitions œcuméniques qui l’ont précédé, ont reçu des subventions de l’ACDI pour soutenir des partenaires dans les pays où se commettent les plus graves violations des droits humains, notamment au Soudan, aux Philippines, en Colombie, en Indonésie et en République démocratique du Congo.

Le travail de KAIROS est bien coté au Canada et à travers le monde. Il soutient à l’étranger 21 organismes œcuméniques et groupes de la société civile. Des centaines de milliers de personnes bénéficient de l’appui de KAIROS et en dépendent.

Depuis que la nouvelle des coupures s’est répandue, la semaine dernière, des pressions croissantes se sont exercées sur le gouvernement pour l’amener à révoquer sa décision. Des Canadiennes et des Canadiens de partout au pays, des églises et des organisations non gouvernementales ont écrit des lettres d’appui à KAIROS et ont demandé au Premier Ministre Stephen Harper et à la ministre Bev Oda de revenir sur leur décision. Des questions ont été posées à la Chambre des communes et tous les partis de l’opposition ainsi que le Parti vert ont émis des communiqués de presse demandant au gouvernement de révoquer sa décision.

Suit le texte complet de la déclaration de KAIROS, qui se trouve également à >>

— 30 —

Personne contact pour les médias :
Adiat Junaid
Coordinatrice du programme de communications
KAIROS, Initiatives canadiennes œcuméniques pour la justice
(416) 463-5312, poste 223
1 877 403 8933, poste 223
ajunaid@kairoscanada.org
www.kairoscanada.org


Filed in: En français

Tags:

Share with your network:Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someonePrint this page