Communiqués: L’ARRÊT DU FINANCEMENT DE L’ACDI À KAIROS


L’ARRÊT DU FINANCEMENT DE L’ACDI À KAIROS AURA DES CONSÉQUENCES DRAMATIQUES SUR SON TRAVAIL DE DÉFENSE DES DROITS HUMAINS À L’ÉTRANGER

À l’attention des journalistes sur les questions religieuses, internationales, sociales et sur les droits humains

Pour publication immédiate
Mercredi 2 décembre 2009

(Toronto) La décision du gouvernement canadien de couper le financement de KAIROS : initiatives œcuméniques canadiennes pour la justice, aura des conséquences dramatiques pour les partenaires de KAIROS à l’étranger et sur les milliers de personnes marginalisées des communautés locales qu’ils appuient, a annoncé KAIROS aujourd’hui.

KAIROS, une organisation non gouvernementale de nature religieuse et représentant sept des plus importantes églises au Canada, travaille sur un grand nombre de questions touchant à la justice sociale, y inclus les droits humains, en Afrique, en Asie, en Amérique latine et au Moyen-Orient.

Le lundi 30 novembre, en après-midi, un représentant de l’ACDI a téléphoné à la directrice générale de KAIROS, Mme Mary Corkery, pour lui annoncer que l’ACDI ne renouvellerait pas son financement à KAIROS. On lui a dit que le programme de KAIROS ne correspondait plus aux priorités de l’ACDI. On ne lui a donné aucune autre explication ou information.

Le contrat actuel de KAIROS avec l’ACDI a expiré en septembre, mais il a été prolongé jusqu’au 30 novembre, la journée même où on a annoncé que le financement était terminé.

« Nous sommes profondément attristés par la fin de cette relation de longue date et de l’appui que le gouvernement canadien nous a fourni pendant plusieurs décennies », dit Mme Corkery. « KAIROS et les millions de Canadiens que nous représentons à travers nos églises et les organisations membres de notre coalition ne comprennent pas les raisons de cette coupure».

Dans un message envoyé à Mme Bev Oda, ministre de la Coopération internationale, pour demander des explications, Mme Corkery écrit : « À ma connaissance, l’Agence canadienne pour le développement international n’a jamais coupé le financement qu’elle octroyait à une importante organisation canadienne depuis plusieurs décennies sans aucun avis au préalable, aucune explication, et aucun plan de transition ».

Nos programmes internationaux, auxquels contribuait l’ACDI, bénéficiaient de fonds de contrepartie provenant des églises membres de KAIROS, d’organisations rattachées aux églises et d’autres donateurs. KAIROS, ainsi que les coalitions œcuméniques qui lui ont donné vie il y a huit ans, ont reçu du financement de l’ACDI depuis 1973, pour appuyer des partenaires qui travaillent dans des régions du monde où les violations des droits humains sont les plus révoltantes.

Le travail de KAIROS est hautement apprécié au Canada et à l’étranger. Alors que l’échéance du 30 novembre approchait, les églises membres de KAIROS, ses partenaires et d’autres organisations ont écrit à la ministre Oda pour lui demander de signer le contrat de renouvellement du financement de KAIROS qui se trouvait sur son bureau depuis le mois de juillet.

L’une de ces lettres provenait d’un groupe de Colombie, la Organización Femenina Popular (le Groupe populaire des femmes), qui attendait le financement de l’ACDI à travers KAIROS.

Le lundi 30 novembre, Yolanda Becerra Vega, directrice générale de cette organisation, a écrit à Mme Oda : « Comme vous le savez, nous travaillons dans des régions de la Colombie où les droits fondamentaux des femmes sont bafoués à cause du conflit armé. Grâce à l’appui financier de KAIROS et de l’ACDI, nous mettons en œuvre des programmes qui permettent d’offrir à la population des services juridiques et des soins de santé, des cuisines communautaires et d’autres services de base. Grâce à ceux-ci, de nombreuses vies humaines ont pu être sauvées, et des centaines de femmes, de mères, d’épouses, de filles, de sœurs et de familles entières ont pu bénéficier de nouvelles opportunités.

« Ces coupures n’ont pas seulement des conséquences à l’étranger, elles affectent aussi les Canadiens », affirme Mme Corkery. « KAIROS fait un travail d’éducation auprès du public dans tout le Canada sur l’engagement du Canada à l’égard du développement international. Notre travail au Canada et à l’étranger reflète les valeurs canadiennes que sont la défense des droits humains, et il s’appuie sur d’excellentes analyses fournies par nos partenaires dans les pays du Sud ».

Le contrat de KAIROS qui vient de se terminer a fait l’objet d’une vérification positive et l’ACDI en a fait une excellente évaluation. KAIROS a soumis une proposition pour son nouveau programme 2009-2013 en mars 2009. Celle-ci a franchi les étapes d’un long processus d’approbation à l’ACDI, puis elle a été acheminée à la ministre Oda en juillet 2009, où elle a attendu depuis cette date son approbation finale.

Cette décision survient une semaine après l’assassinat de 57 personnes aux Philippines pour des raisons politiques, parmi lesquelles figuraient deux avocats membres d’une organisation appuyée par KAIROS, et quelques jours avant le départ du premier ministre Stephen Harper pour la Chine.

Contacts avec les médias :
Adiat Junaid
Coordonnatrice, Service des communications
KAIROS: Initiatives œcuméniques canadiennes pour la justice
416 463-5312, poste 223
1 877 403-8933, poste 223
ajunaid@kairoscanada.org
www.kairoscanada.org


Filed in: En français, Media Releases

Tags:

Share with your network:Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someonePrint this page